Description morphologique du verbe

Fernand Bentolila

Introduction : Méthode de description

 

Je décrirai cette morphologie à partir des formes phoniques en utilisant le système de notation suivant[1] :

voyelles orales [a, e, ɛ, ӧ, œ, i, o, ɔ, y, u] :
[e] comme dans , [ɛ] : raie, [ӧ] : peu, [œ] : peur, [o] : pot,[ɔ] : port, [y] : pur, [u] : pour

voyelles nasales [ã, ẽ, œ᷉, õ] :
[ã] comme dans an, [ẽ] : rein, [œ᷉] : un, [õ] : on

semi-consonnes [w, j,  ɥ] : [w] comme dans oui, [j] : yoga, [ɥ] : huile

consonnes [b, d, f, g, k, l, m, n, ɲ, p, r, s, š, t, v, z, ž] :
[g] comme dans gant, [ɲ] : gnole, [š] : chou, [ž] : jeu

Nous choisissons le modèle le plus simple, le verbe chanter dont la forme radicale ne change pas au cours de la conjugaison du présent de l’indicatif[2] : [šãt ].

Les marques de personne sont dégagées à partir de cette conjugaison ; par convention, je désignerai les personnes de 1 à 6 :
1 pour je, 2 pour tu, 3 pour il ou elle,
4 pour nous, 5 pour vous, 6 pour ils ou elles :

Aux personnes 1, 2, 3, 6, la personne n’est marquée que par le pronom personnel sujet :
je, tu, il ou ils [šãt ].

Pour 4, la personne est marquée par un signifiant discontinu [nu…õ] formé du pronom personnel nous [nu] et de la désinence –ons [-õ].

Pour 5, la personne est marquée par un signifiant discontinu [vu…-e] formé du pronom personnel vous [vu] et de la désinence- ez [-e].

La forme du verbe qui reste, une fois enlevées les marques de personne, nous l’appellerons radical[3] du verbe. Longtemps, la grammaire traditionnelle, pour rendre compte de la morphologie des verbes (et de leur « conjugaison »), les a répartis en trois groupes :

1° groupe : verbes en –er, type chanter

2° groupe : verbes en –ir, type finir, finissant

3° groupe : tous les autres verbes.

On le voit, ce 3ème groupe est un fourre-tout où l’on trouve des verbes très disparates qu’on a renoncé, en fait, à classer.

Quand on considère la conjugaison des verbes au présent, on constate que la grande majorité ont un, 1, 2, ou 3 radicaux.  Les verbes très irréguliers ont plus de trois radicaux : ils ne seront pas classés ici. Il s’agit des verbes être, avoir, aller, faire. Le nombre plus ou moins grand de radicaux est un signe objectif d’irrégularité.  L’irrégularité consiste aussi parfois à présenter, en combinaison avec tel ou tel déterminant grammatical du verbe (désormais DGV), un radical spécifique très éloigné phonétiquement du ou des radicaux du présent. – Les DGV en français parlé sont le parfait, et les temps-modes (présent, imparfait, futur, conditionnel, subjonctif).
On peut ainsi établir une hiérarchie : avoir, être et aller, sont plus irréguliers que faire qui, lui-même, est plus irrégulier que naître et mourir.

Chapitre 1

Classement des verbes suivant le nombre de radicaux au présent :

 

Verbes à 1 radical de présent

Type chanter

Ce verbe garde la même forme [šãt] au cours de la conjugaison :

 

1  je chante [šãt]
2 tu chantes [šãt]
3 il chante [šãt]
4 nous chantons [šãt-õ]
5 vous chantez [šãt-e]
6 ils chantent [šãt]

Bizarrement, outre les verbes à infinitif en -er, on trouve dans ce type quelques verbes à infinitif en -re, ou en –ir : ex. conclure [kõkly], courir [kur], les verbes en -vrir ou en -frir comme ouvrir [uvr], découvrir, recouvrir, souffrir, les verbes cueillir, saillir (« être en saillie »), assaillir, tressaillir, défaillir. Il ne faut pas hésiter à les classer ici car comme nous le verrons plus loin, ils forment leur imparfait et leur subjonctif présent comme chanter c’est-à-dire sur leur radical unique.

 

Verbes à 2 radicaux de présent

Nous distinguons 2 sous-groupes suivant que les verbes présentent la répartition

1 2 3 6 / 4 5 : la forme du radical aux personnes 1 2 3 6 s’oppose à la forme du radical aux personnes 4 5.

1 2 3 / 4 5 6 : la forme du radical aux personnes 1 2 3 s’oppose à la forme du radical aux personnes 4 5 6.

 

1. Verbes à répartition 1 2 3 6 / 4 5

Type  jeter :        (alternance [ə / ɛ])

1 2 3 6 :               [žɛt]                     je, tu, il ou ils [žɛt]

4 5 :                    [žət]                     nous jetons [žət-õ ],      vous jetez  [žət-e]

appartiennent à ce type les verbes à infinitif en -er :
comportant un [ə] à l’avant-dernière syllabe de l’infinitif,
comme semer, peser, lever etc

Type nettoyer :    alternance           [-wa / -waj]

appartiennent à ce type, des verbes comme :
envoyer, aboyer, voir, croire, asseoir (dans un de ses paradigmes).

Remarque :
appuyer : présente une alternance     [-ɥi/ -ɥij].
payer :     présente une alternance     [-ɛ/ -ɛj]   dans un de ses paradigmes.

Type mourir :      alternance            [moer / mur]

Type acquérir :   alternance            [akjer / aker]

 

2. Verbes à répartition 1 2 3 / 4 5 6

 

Ces verbes opposent un radical court (aux personnes 1, 2, 3), à un radical long (aux personnes 4,5,6).

Le plus souvent, le radical court a une finale vocalique [-i, -ã, -õ, -a, -e, -u], et le radical long s’obtient en ajoutant une consonne [-s, -z, -v, -d, -t, -k, -l, -p] au radical court.

Quelques verbes ont un radical court à finale consonantique [-r]. Le radical long se forme en ajoutant une consonne [-m, -v, -d ou -t] au radical court.

On peut ranger les différents types soit d’après le timbre de la voyelle finale du radical court, soit d’après la nature de la consonne finale du radical long.
C’est cette dernière solution que j’ai choisie.

 

2.1. Verbes à radical court à finale vocalique.

 

1° type :               finir                      [finis/finis]                    radical long à finale [-s]

2° type :               médire                  [medi / mediz]              radical long à finale [-z]

3° type :               écrire                   [ekri / ekriv]                  radical long à finale [-v]

4° type :               vendre                  [vã / vãd]                      radical long à finale [-d]

(appartiennent à ce type des verbes en :
-endre,   -ondre,
, comme : pendre,   pondre,…)

5° type :               battre                   [ba / bat]                       radical long à finale [-t]

(appartiennent à ce type des verbes comme :
mettre, mentir, vêtir…)

6° type :               vaincre                 [vẽ / vẽk]                       radical long à finale  [-k]

7° type :               rompre                 [rõ / rõp]                        radical long à finale  [-p]

8° type :               moudre                [mu / mul]                     radical long à finale  [-l]

Certains verbes présentent des alternances plus complexes ; on les dit irréguliers car leur radical long (des personnes 4, 5, 6) ne se forme pas par simple adjonction d’une consonne au radical court comme le font les verbes réguliers :

Type peindre       alternance            [pẽ /pɛñ]

Type joindre        alternance            [žwẽ / žwañ]

Type résoudre     alternance            [rezu / rezolv]

Type valoir          alternance            [vo / val]

Type savoir         alternance            [se / sav]

 

2.2. Verbes à radical court à finale consonantique en [-r] :

 

Le radical long se forme en ajoutant une consonne [-m, -v, -d ou -t] au radical court.

Type dormir :      alternance            [dɔr / dɔrm]

(appartiennent à ce type des verbes en :
erdre (perdre), –ordre  (mordre),
et les verbes servir, partir)

La seule différence avec les types précédents est la finale consonantique du radical court (au lieu d’une finale vocalique) ; mais le radical long se forme régulièrement par adjonction d’une consonne au radical court.

 

2.3 Conclusion sur les verbes à répartition 1, 2, 3 / 4, 5, 6.

 

On s’aperçoit que ces verbes qui semblent très différents formellement présentent en fait une conjugaison analogue, c’est-à-dire qu’ils pourraient tous être rangés dans le 2ème groupe de la grammaire traditionnelle (type finir).

Comme on l’a vu plus haut, les seules différences sont :

Le timbre de la voyelle finale du radical court : [-i] pour finir, médire, écrire, [-ã] pour vendre, [-a] pour battre, [-e] pour mettre, [-ẽ] pour vaincre, [-u] pour moudre ;

La nature de la consonne finale du radical long : [-s] pour finir, [-z] pour médire,

[-v] pour écrire, [-d] pour vendre, [-t] pour battre, [-k] pour vaincre et [-l] pour moudre.

Le radical court à finale consonantique pour le type dormir.

Le classement opéré par les linguistes s’avère supérieur à celui de la grammaire traditionnelle qui privilégiait le type finir, au point de créer un groupe spécial pour lui, alors qu’il n’est qu’un cas particulier d’un groupe plus vaste, celui des verbes à 2 radicaux opposant 1, 2, 3 à 4, 5, 6.
Si on adopte un classement fondé sur la forme phonique, tous ces verbes à répartition 1 2 3 / 4 5 6 présentent des régularités évidentes : ils doivent absolument être regroupés au lieu d’être dispersés dans ce 3ème groupe indifférencié de la grammaire traditionnelle.

 

Verbes à 3 radicaux

 

Ces verbes présentent tous la même répartition 1 2 3 / 4 5 / 6, c’est-à-dire qu’ils ont 3 radicaux différents, un pour les personnes 1 2 3, un autre pour les personnes 4 5 et un autre pour la personne 6.

Type 1 :               devoir                   alternance                     [dwa / dəv / dwav]

1, 2, 3 :                [dwa]                   je dois, tu dois, il doit

4, 5 :                    [dəv]                    nous devons, vous devez

6 :                        [dwav]                 ils doivent

(appartiennent à ce type des verbes comme :
recevoir, apercevoir)

Type 2 :               boire                    alternance                     [bwa / byv / bwav]

Type 3 :               prendre                alternance                     [prã / prən / prɛn]

Type 4 :               tenir                     alternance                      [tjẽ / tən / tjɛn]

Type 5                 mouvoir               alternance                     [mö / muv / moev]

Type 6                 pouvoir               alternance                     [pö / puv / poev]

Type 7                 vouloir                 alternance                     [vö / vul / voel]

 

N.B.  Ces 3 derniers types pourraient être regroupés car ils ont des alternances analogues ; mais je préfère les distinguer car ils ne présentent pas les mêmes variations en combinaison avec les DGV.
ex. avec le subjonctif : on a meuve : [moev], vs puisse : [pɥis], vs veuille : [voej].

° ° ° ° ° ° °

 

Conclusion sur le classement des verbes

Nous venons de voir que le verbe, au cours de la conjugaison du présent, c’est-à-dire quand il se combine avec les différentes personnes (1 2 3 4 5 6) peut garder la même forme (on parle alors de radical constant), ou changer de forme (on parle alors de radical alternant).

Suivant le nombre de formes réalisées au présent, j’ai distingué les verbes à radical unique, les verbes à 2 radicaux et les verbes à 3 radicaux.

Je n’ai pas classé les verbes qui avaient plus de 3 radicaux au présent ; c’est le cas de :
être, avoir, aller, faire que j’étudierai à part à la fin du chapitre 2.

 

° ° ° ° ° ° °

 Chapitre 2

Morphologie des syntagmes verbaux

 

 

Nous allons maintenant aborder l’étude morphologique des syntagmes verbaux, c’est-à-dire des ensembles constitués par le verbe et ses différents DGV. Par un abus de langage courant, nous avons l’habitude de désigner ces syntagmes verbaux par le nom du DGV :
pour il chantait, nous disons l’imparfait « il chantait », et nous conjuguons l’imparfait :
je chantais, tu chantais etc… En fait, il s’agit là d’un syntagme verbal constitué du verbe chanter et de son DGV, l’imparfait [-ɛ].

De même que nous avons constaté des alternances formelles au cours de la conjugaison du présent, de même nous constaterons des alternances du radical du verbe quand il s’associe à tel ou tel DGV.

L’étude morphologique de ces syntagmes verbaux doit prendre en compte le radical du verbe et la forme du DGV et souligner les « régularités » ou les irrégularités qui se dégagent :

Le radical associé au DGV peut être un des radicaux du présent :
ex. l’imparfait de finir est formé sur le radical long du verbe [il finis-ɛ].

Le radical associé au DGV peut être spécifique, c’est-à-dire différent du ou des radicaux du présent. :
ex. aller a un radical spécifique [i] pour le futur ira et un radical spécifique [aj] pour le subjonctif  aille ; aucun de ces radicaux ne se retrouve au présent du verbe aller.
pouvoir  a un radical spécifique [pu] pour le futur pourra et un radical spécifique [pɥis] pour le subjonctif puisse.
vouloir
a un radical spécifique [vud] pour le futur voudra et un radical spécifique [vœj] pour le subjonctif  veuille.

Le radical associé au DGV peut être constant, c’est-à-dire garder la même forme à toutes les personnes ; ou alterner en combinaison avec les différentes personnes :
ex. au subjonctif-présent de aller, le radical est alternant [aj / al] ;
nous avons [aj] aux personnes 1 2 3 6, et [al] aux personnes 4 5.
Le subjonctif de vouloir présente une alternance analogue :
[vœj] pour 1 2 3 6, et [vul] pour 4 5.

Nous avons classé les verbes en fonction du nombre des radicaux du présent. Je m’appuierai sur cette classification et sur ces radicaux pour traiter la morphologie des différents syntagmes verbaux.
J’étudierai d’abord l’imparfait, le subjonctif, le futur, le conditionnel et le passé simple, c’est-à-dire les unités faisant partie de la 1ère classe de DGV dégagée dans notre étude de la classe des verbes[4], puis les formes nominales du verbe, c’est-à-dire l’infinitif, le participe passé et le participe présent, et enfin l’impératif.

 

L’imparfait

 

L’imparfait se caractérise par une désinence associée à un radical défini. Le radical associé à l’imparfait est toujours constant : il ne varie pas au cours de la conjugaison. Ce radical est toujours emprunté au présent.
Quand le verbe n’a qu’un radical de présent la désinence d’imparfait s’ajoute à ce radical ; pour les verbes qui ont plus d’un radical au présent, quelle que soit la répartition de ces radicaux, la désinence d’imparfait s’associe au radical de la personne 4.
Cette règle vaut pour tous les verbes, sauf être.

La désinence présente 2 variantes [-ɛ] et [-i-] ; [-ɛ] en combinaison avec les personnes 1, 2, 3, 6, et [-i-] en combinaison avec les personnes 4, 5.

 

Verbes à un radical de présent

 

Type chanter :     radical                  [šãt]

 

Imparfait             1 2 3 6                  [šãt-ɛ]                            je, tu, il, ils chantaient
Imparfait             4                           [šãt-i-õ]                         nous chantions

Imparfait             5                           [šãt-i-e]                          vous chantiez

 

Il en va de même pour les verbes de type :
conclure, rire, sourire, courir, cueillir et ouvrir.

 

 

Verbes à 2 radicaux de présent

 

Type jeter :          radical                  [žət]

 

présent                 4                           nous jetons
L’imparfait s’associe à ce radical : je jetais, tu jetais etc…

 

 

 

Type finir :          radical                 [finis]

 

présent                 4                           nous finissons
L’imparfait s’associe à ce radical : je finissais, tu finissais etc…

 

 

 

Type vendre :      radical                  [vãd]                            

 

 présent                4                           nous vendons

L’imparfait s’associe à ce radical : je vendais, tu vendais etc…

 

 

Il en va de même pour les types :
médire, écrire, battre, vaincre, rompre, moudre etc…

 

 

 

Verbes à 3 radicaux de présent

 

Type devoir :       radical                  [dəv]

 

présent                 4                           nous devons,

L’imparfait s’associe à ce radical : je devais, tu devais etc…

 

 

Type boire :        radical                  [byv]

 

présent                 4                           nous buvons,
L’imparfait s’associe à ce radical : je vendais, tu vendais etc…

 

 

Type pouvoir :    radical                  [puv]

 

présent                 4                           nous pouvons,

L’imparfait s’associe à ce radical : je pouvais, tu pouvais etc…

 

 

Le subjonctif-présent

 

Je rappelle que je ne considère pas le subjonctif-présent et le subjonctif-imparfait comme 2 unités à part entière. Il s’agit de 2 variantes d’une même unité. J’étudie ici la forme de la variante subjonctif-présent. Désormais dans la suite de ce chapitre je dirai simplement subjonctif pour désigner la forme du subjonctif-présent.

Le subjonctif se laisse bien décrire à partir du présent (de l’indicatif) : sauf quelques rares exceptions, les verbes empruntent leur ou leurs radicaux de subjonctif au présent.
Le radical de subjonctif peut être constant ou alternant ; quand il y a alternance on oppose toujours 1 2 3 6 à 4 5.
Aux personnes 1 2 3 6, on a le radical seul sans désinence ; aux personnes 4 et 5, on a des désinences personnelles spécifiques : [iõ] et [ie] et le même radical qu’à l’imparfait de l’indicatif, de sorte qu’il y a homonymie à ces personnes entre l’imparfait et le subjonctif.

 

1. Verbes à radical unique de présent.

Pour tous ces verbes, le radical de subjonctif se confond avec le radical de présent.

  1. chanter: radical de présent : [šãt] ; subjonctif : [šãt].

1 2 3 6 : que je chante, que tu chantes, qu’il chante, qu’ils chantent [šãt].

4 5 : que nous chantions [šãt-iõ], que vous chantiez [šãt-ie].

Il en va de même pour les types :
conclure, rire, sourire, courir, cueillir, assaillir, ouvrir.

 

2. Verbes à deux radicaux de présent.

2.1. Verbes à verbes à distribution 1 2 3 6 / 4 5

Ces verbes ont au subjonctif les mêmes radicaux qu’au présent avec la même distribution.

  1. jeter : radicaux [žɛt / žət]

1 2 3 6 : que je jette, que tu jettes, qu’il jette, qu’ils jettent [žɛt].

4 5 : que nous jetions [žət-iõ], que vous jetiez [žət-ie].

Il en va de même pour les types :
nettoyer, envoyer, asseoir, voir, prévoir, pourvoir, croire, mourir, acquérir.

 

2.2. Verbes à distribution 1 2 3 / 4 5 6

Tous ces verbes (sauf valoir et savoir) ont un radical de subjonctif constant qui se confond avec le radical de présent 4 5 6.

  1. vendre : radicaux [vã / vãd] ; radical de subjonctif [vãd].

Il en va de même pour les types :
finir, écrire, dormir, coudre, moudre, joindre, mettre, vivre, suivre, lire, pleuvoir, naître.

Exceptions : valoir et savoir :

valoir a 2 radicaux de subjonctif dont l’un est spécifique [vaj] et l’autre se confond avec le radical de présent 4 5 6 [val].
On a [vaj] au subjonctif 1 2 3 6 et [val] au subjonctif 4 5.

Savoir a un radical spécifique [saš].

 

3. Verbes à trois radicaux de présent.

Sauf vouloir et pouvoir :  ces verbes ont 2 radicaux de subjonctif qu’ils empruntent à présent 6 et 4 5.
ex. devoir :  radicaux 1 2 3 / 4 5 / 6 : [dwa / dəv / dwav]

subjonctif  1 2 3 6 : [dwav] ; subjonctif  4 5 : [dəv]

Il en va de même pour les types :
boire, mouvoir, prendre, tenir, venir (et leurs composés).

Exceptions : vouloir et pouvoir.

vouloir a 2 radicaux de subjonctif dont l’un est spécifique : [voej], et l’autre se confond avec le radical de présent 4 5 [vul].
On a [voej] au subjonctif 1 2 3 6 et [vul] au subjonctif 4 5.

pouvoir présente au subjonctif un radical constant spécifique : [pɥis].

 

 

Le futur

 

Le futur se caractérise par un élément désinentiel associé à un radical constant. La désinence varie avec la personne : 1. [-re], 2. [-ra], 3. [-ra], 4. [-rõ], 5. [-re], 6. [-rõ].

Le radical du futur est toujours constant, il ne varie pas au cours de la conjugaison.

La majorité des verbes empruntent leur radical de futur au présent. Mais quelques verbes élargissent le radical de présent par [-i, -d, ou -t] ; et d’autres verbes présentent au futur un radical spécifique.

 

Verbes à un radical de présent

Tous les verbes à radical unique de présent ont ce radical au futur sauf le type ouvrir.

  1. chanter :        il chantera           [šãt-ra]

conclure :            il conclura            [kõkly-ra]

courir :                il courra              [kur-ra]

cueillir :              il cueillera           [koej-ra]

Au contraire, le type ouvrir forme son radical de futur en ajoutant [-i-] au radical du présent :

Ouvrir : radical de présent [uvr]; radical de futur [uvri] : il ouvrira.

Appartiennent à ce type des verbes comme :
souffrir, offrir, couvrir, saillir, défaillir.

 

 Verbes à 2 radicaux de présent

 

Verbes à répartition 1 2 3 6 / 4 5

Ces verbes empruntent leur radical de futur au présent ; radical de 1 2 3 6 pour les types jeter, nettoyer, fuir, traire, asseoir, prévoir, pourvoir, croire ; radical de 4 5 pour les types mourir et les verbes en –quérir.

Exceptions : les types voir et envoyer présentent un radical de futur spécifique :
il verra, il enverra.

 

Verbes à répartition 1 2 3 / 4 5 6

Leur radical de futur peut, soit se confondre avec l’un des radicaux du présent, soit se former par adjonction de [-d] ou de [-i].

  1. a) Le radical de futur se confond avec le radical court de 1 2 3 :
    c’est le cas des types finir, lire, écrire, taire et plaire.
  2. b) Le radical de futur se confond avec le radical long de 4 5 6 :
    c’est le cas des types vendre, mettre, vivre, suivre, pleuvoir.
  3. c) Le radical de futur se forme par adjonction de [-d] au radical court de 1 2 3 :
    c’est le cas des types coudre, moudre, absoudre, dissoudre, valoir
    et des verbes en -oindre, -eindre et -aindre.
  4. d) Le radical de futur se forme par adjonction de [-i] au radical long de 456 : c’est le cas des types dormir, partir, servir, mentir, bouillir.

Exceptions : les types savoir, haïr et naître présentent un radical de futur spécifique : il saura, il haïra, il naîtra.

 

3. Verbes à 3 radicaux de présent

Leur futur se forme soit sur le radical de 1 2 3, soit sur le radical de 45, soit par adjonction de [-d] au radical de 1 2 3.

  1. a) Le radical de futur se confond avec le radical de 1 2 3 : c’est le cas du type boire
  2. b) Le radical de futur se confond avec le radical de 4 5 : c’est le cas des types devoir et mouvoir.
  3. c) Le radical de futur se forme par adjonction de [-d] au radical de 1 2 3 : c’est le cas des types prendre, tenir et venir.

Exceptions : Les verbes vouloir, pouvoir et faire présentent un radical de futur spécifique :
il voudra, il pourra.

 

Le conditionnel

 

On peut déduire la forme du conditionnel à partir de celle du futur : il suffit d’ôter les désinences de futur [-re, -ra, -ra, -rõ, -re, -rõ], et de les remplacer par celles du conditionnel :
[-rɛ, -rɛ, -rɛ, -riõ, -rie, -rɛ].

Ex.  chanter :

futur

conditionnel

1

[šãt-re]

[šãt-rɛ ]

2

[šãt-ra]

[šãt-rɛ ]

3

[šãt-ra]

[šãt-rɛ ]

4

[šãt-rõ]

[šãt-riõ]

5

[šãt-re]

[šãt-rie]

6

[šãt-rõ]

[šãt-rɛ ]

 

Le passé simple.

 

Le passé simple se caractérise par un signifiant désinentiel associé à un radical défini. La désinence présente 4 variantes que nous désignerons par la forme qu’elles revêtent aux personnes 3 et 6, soit [-a / -ɛr], [-i / -ir], [-y / -yr] ou zéro [-Ø / -Ør].
On parle de variante zéro quand le passé simple se confond avec un radical de présent ; dans ce cas le passé simple est toujours à finale vocalique, le plus souvent [-i] ou [-y], de telle sorte qu’on rejoint les types à variante segmentale [-i / -ir] ou [-y / -yr].

La seule exception est constituée par le type tenir qui a une finale en [-ẽ] : il tint.
Le type [-a / -ɛr] varie avec la personne : [-e, -a, -a, -am,-at, -ɛr].
Tous les autres types gardent la même voyelle à toutes les personnes : [-i, -i, -i, -im,-it, -ir];
[-y, -y, -y, -ym,-yt, -yr].

Si l’on met à part les verbes à infinitif en [-e] on peut souvent construire le passé simple à partir du participe passé.  Nous étudierons successivement ces 4 variantes en précisant dans chaque cas à quels radicaux elles s’associent.

 

1. Variante [-a / -ɛr]

La variante [-a / -ɛr] apparaît avec tous les verbes à infinitif en [-e] ; elle s’associe au même radical que l’infinitif.

Type chanter :     [šãt-e]    chantai            [šãt-am]    chantâmes

[šãt-a]    chantas            šãt-at]       chantâtes

[šãt-a]    chanta             [šãt-ɛr]     chantèrent

 

Type jeter :          [žət-a]

Type nettoyer :    [netwaj-a]

Type envoyer :    [ãvwaj-a]

 

2. Variante [-i / -ir]

La variante [-i / -ir] apparaît avec des verbes à un, deux ou trois radicaux de présent. Elle s’associe soit à un radical de présent soit à un radical spécifique.

2.1. Verbes à radical unique de présent.

La variante [-i /-ir] s’associe à ce radical.

Type cueillir :      [koej-i]

Type assaillir :    [asaj-i]

Type ouvrir :       [uvr-i]

 

2.2. Verbes à deux radicaux de présent.

  1. a) La variante [-i] s’associe au radical 456 :

Type dormir :      [dorm-i]

Type suivre :       [sɥiv-i]

Type écrire :        [ekriv-i]

Type joindre :      [žwañ-i]

Type vendre :      [vãd-i]

Type coudre :      [kuz-i]

Type vêtir :          [vet-i]

  1. b) La variante [-i] s’associe à un radical spécifique :

Type asseoir :      [as-i]

Type acquérir :   [ak-i]

Type mettre :       [m-i]

Type voir :           [v-i]

 

2.3. Verbes à trois radicaux de présent.

La variante [-i] s’associe à un radical spécifique :

Type prendre :    [pr-i]

 

3. Variante [-y]

La variante [-y] apparaît avec des verbes à un, deux ou trois radicaux de présent. En particulier elle est attendue chaque fois que l’infinitif présente la variante [-war].

Elle s’associe soit à un radical de présent soit à un radical spécifique. On a toujours le même radical au passé simple et au participe passé sauf pour le verbe mourir.

 

3.1. Verbes à radical unique de présent.

Type courir :       [kur-y]

 

3.2. Verbes à deux radicaux de présent.

  1. a) La variante [-y] s’associe au radical 456 ou 45 :

Type moudre :     [mul-y]

Type valoir :        [val-y]

Type mourir :      [mur-y]

 

  1. b) La variante [-y] s’associe à un radical spécifique :

Type pleuvoir :    [pl-y]

Type savoir :       [s-y]

Type lire :            [l-y]

Type vivre :         [vek-y]

Type connaître :  [kon-y]

Type croire :       [kr-y]

Type pourvoir :   [purv-y]

Type résoudre :   [rezol-y])

 

 Verbes à trois radicaux de présent.

  1. a) La variante [-y] s’associe au radical 45 :

Type vouloir :     [vul-y]

  1. b) La variante [-y] s’associe à un radical spécifique :

Type devoir :      [d-y]

Type mouvoir :    [m-y]

Type pouvoir :     [p-y]

Type boire :         [b-y]

 

4. Variante zéro

La variante zéro apparaît avec des verbes à un deux ou trois radicaux de présent. Elle s’associe à des radicaux à finale vocalique, le plus souvent [-i] ou [-y], de telle sorte qu’on rejoint les types à variante segmentale [-i / -ir] ou [-y / -yr]. La seule exception est constituée par le type tenir qui a une finale en [-ẽ] : il tint.

 

4.1. Verbes à radical unique de présent.

Type conclure :   [kõkly]

 

4.2. Verbes à deux radicaux de présent.

La variante s’associe au radical court de présent (1 2 3 6 ou 1 2 3).

 

  1. a) radical 1 2 3 6 :

Type fuir :           [fɥi]

 

  1. b) radical 1 2 3 :

Type finir :          [fini]  (type très productif)

 

4.3. Verbes à trois radicaux de présent.

Type tenir :          [tẽ]

Type venir :         [vẽ]

L’infinitif

 

L’infinitif présente l’une des 4 variantes [-e], [-r], [-ir] ou [war] associée à un radical caractéristique. Nous étudierons successivement ces 4 variantes en précisant dans chaque cas à quels radicaux elles s’associent.

 

1. Variante [-e]

La variante [-e] apparaît avec des verbes à un ou deux radicaux de présent (à distribution 1 2 3 6 / 4 5).

 

1.1. Verbes à radical unique de présent.

Type chanter : [šãt-e]

 

1.2. Verbes à deux radicaux de présent (1 2 3 6 / 4 5).

La variante [-e] s’associe toujours au radical de présent 4 5 :

Type jeter : [žət-e]

Type nettoyer :    [netwaj-e]

Type envoyer :    [ãvwaj-e]

 

2. Variante [-r]

La variante [-r] apparaît avec des verbes à un ou deux radicaux de présent.

 

2.1. Verbes à radical unique de présent.

La variante [-r] s’associe à ce radical :

Type conclure : [kõkly-r]
appartiennent à ce type les verbes : inclure, exclure, rire et sourire.

 

2.2. Verbes à deux radicaux de présent.

La variante [-r] apparaît aussi bien avec des verbes à verbes à distribution 1 2 3 6 / 4 5 qu’avec des verbes à distribution 1 2 3 / 4 5 6.

 

  1. a) Verbes à verbes à distribution 1 2 3 6 / 4 5

La variante [-r] s’associe toujours au radical 1 2 3 6 :

Type fuir :           [fɥi-r]

Type traire :        [trɛ-r]

Type asseoir :     [aswa-r]

Type voir :           [vwa-r]

 

  1. b) Verbes à verbes à distribution 1 2 3 / 4 5 6

Tous les verbes de ce groupe présentent la variante [-r] sauf le type dormir qui présente la variante -ir et les verbes valoir, falloir, savoir et pleuvoir qui présentent la variante -war.

La variante -r s’associe soit au radical 1 2 3, soit au radical 4 5 6, soit au radical 1 2 3 élargi par -d.

radical 1 2 3 :

 

  • type finir

Type lire

Type écrire

  • radical  4 5 6

Type vendre

Type mettre

Type vivre

Type suivre

  • radical 1 2 3 élargi par -d :

Type coudre

Type moudre

Type joindre

Remarque :
Nous n’avons pas classé les infinitifs irréguliers comme naître, haïr, faire, être.

 

3.Variante [-ir]

La variante [-ir] apparaît avec des verbes à un, deux ou trois radicaux de présent. Quand le verbe a un radical unique, la variante [-ir] s’associe à ce radical ; quand le verbe a plus d’un radical de présent, la variante [-ir] s’associe toujours au radical 4 5 (ou 4 5 6).

 

3.1. Verbes à radical unique de présent.

Type courir :       [kur-ir]

Type cueillir :      [koej-ir]

Type assaillir :    [asaj-ir]

Type ouvrir :       [uvr-ir]

 

Verbes à deux radicaux de présent.

La variante [-ir] apparaît aussi bien avec des verbes à verbes à distribution 1 2 3 6 / 4 5 qu’avec des verbes à distribution 1 2 3 / 4 5 6. La variante [-ir] s’associe toujours au radical 4 et 5 :

  1. a) Verbes à verbes à distribution 1 2 3 6 / 4 5

Type mourir :      [mur-ir]

Type acquérir :   [aker-ir]

 

  1. b) Verbes à verbes à distribution 1 2 3 / 4 5 6

Type dormir :      [dorm-ir]

 

  1. c) Verbes à trois radicaux de présent.

La variante [-ir] s’associe toujours au radical 45 :

Type tenir :          [tən-ir]

Type venir :         [vən-ir]

 

4. Variante [-war]

La variante [-war] apparaît avec des verbes à deux ou trois radicaux de présent. Elle s’associe toujours au radical 4 5 6 (ou 4 5).

 

4.1. Verbes à deux radicaux de présent.

La variante [-war] n’apparaît qu’avec des verbes à distribution 1 2 3 / 4 5 6.

Type valoir :       [val-war]

Type savoir :       [sav-war]

Type pleuvoir :    [plöv-war]

 

4.2. Verbes à trois radicaux de présent.

Type vouloir :     [vul-war]

Type devoir :       [dəv-war]

Type pouvoir :     [puv-war]

Type mouvoir :    [muv-war]

 

Remarque :
On ne parle pas d’infinitif en [-war] pour voir, prévoir, pourvoir, croire, boire, asseoir, tous verbes qui ont un radical de présent en [-wa] auquel s’associe la variante d’infinitif [-r].
On pourrait conseiller aux pédagogues de présenter ces verbes de telle sorte que leur type morphologique apparaisse : voi-r, prévoi-r, pourvoi-r, croi-re, boi-re,
asseoi-r
. A l’opposé, on notera : val-oir, sav-oir, pleuv-oir, voul-oir, dev-oir, pouv-oir, mouv-oir.

 

Etude comparative du futur et de l’infinitif

On ne peut pas dégager des règles générales de formation du futur à partir de l’infinitif. Je me contenterai de signaler quelques régularités, soit que le futur se forme sur l’infinitif, soit qu’il se forme sur le même radical que lui. Le futur sera exemplifié par la personne 3.

Verbes à infinitif en -e

1.1.            Verbes à 1 radical de présent

Infinitif et futur se forment sur le radical unique de présent :

chanter : Infinitif  [šãt-e],  futur [šãt-ra].

 

1.2.            Verbes à 2 radicaux de présent 1 2 3 6 / 4 5 :

 

jeter, appuyer, nettoyer, envoyer

L’infinitif se forme sur le radical de 4 5, le futur sur le radical de 1 2 3 6 : [žət-e] vs [žɛt-ra], [apɥij-e] vs [apɥi-ra].

Verbes à infinitif en -r, -ir, consonne + r

Pour ces verbes, on peut en général déduire le futur à partir de l’infinitif.

Verbes à 1 radical de présent

Conclure / conclura, rire / rira, sourire/ sourira, assaillir / assaillira, ouvrir / ouvrira.

Exceptions : courir vs courra, cueillir vs cueillera.

Verbes à 2 radicaux de présent

 

  1. a) 1 2 3 6 /4 5

Fuir /fuira, traire / traira, asseoir / assoira

Exceptions : voir vs verra, mourir vs mourra, acquérir vs acquerra.

  1. b) 1 2 3 / 4 5 6

finir / finira, écrire / écrira, lire/ lira, vendre / vendra, mettre / mettra, vivre / vivra, suivre / suivra, coudre/ coudra, pondre / pondra, vaincre / vaincra, joindre/joindra, dormir/ dormira.

Verbes à 3 radicaux de présent

type boire :          boire/ boira.

 

type prendre :      prendre/ prendra.

Exceptions : tenir vs tiendra, venir vs viendra.

Verbes à infinitif en [-war]

Type devoir : infinitif et futur se forment sur le radical de 4 5 [dəv] : devoir / devra.

Il en va de même pour les verbes en –cevoir et pour le verbe mouvoir.

Exceptions : pouvoir vs pourra, vouloir vs voudra.

 

Le participe passé.

 

Le participe passé se caractérise par un signifiant désinentiel associé à un radical défini. La désinence présente 4 variantes [-e], [-i], [-y] ou zéro. On parle de variante zéro quand le participe passé se confond avec un radical de présent ; dans ce cas le participe passé est toujours à finale vocalique, le plus souvent [-i], [-y]. Nous étudierons successivement ces 4 variantes en précisant dans chaque cas à quels radicaux elles s’associent.

 

1. Variante [-e]

La variante [-e] apparaît avec des verbes à infinitif en [-e] ; elle s’associe au même radical que l’infinitif.

Type chanter :     [šãt-e]

Type jeter :          [žət-e]

Type nettoyer :    [netwaj-e]

Type envoyer :    [ãvwaj-e]

 

2. Variante [-i]

La variante [-i] apparaît avec des verbes à un, deux ou trois radicaux de présent. Elle s’associe soit à un radical de présent soit à un radical spécifique.

 

2.1. Verbes à radical unique de présent.

La variante [-i] s’associe à ce radical.

Type cueillir :     [koej-i]

Type assaillir :    [asaj-i]

 

2.2. Verbes à deux radicaux de présent.

1) La variante [-i] s’associe au radical 456 :

Type dormir :      [dorm-i]

Type suivre :       [sɥiv-i]

2) La variante [-i] s’associe à un radical spécifique :

Type asseoir :     [as-i]

Type acquérir :   [ak-i]

Type mettre :       [m-i]

 

2.3. Verbes à trois radicaux de présent.

La variante [-i] s’associe à un radical spécifique :

Type prendre :    [pr-i]

 

3. Variante [-y]

La variante [-y] apparaît avec des verbes à un, deux ou trois radicaux de présent. En particulier elle est attendue chaque fois que l’infinitif présente la variante [-war]. Elle s’associe soit à un radical de présent soit à un radical spécifique.

 

3.1. Verbes à radical unique de présent.

Type courir :       [kur-y]

 

3.2. Verbes à deux radicaux de présent.

  1. a) La variante [-y] s’associe au radical 456 :

Type vendre :      [vãd-y]

Type coudre :      [kuz-y]

Type moudre :     [mul-y]

Type valoir :        [val-y]

 

  1. b) La variante [-y] s’associe à un radical spécifique :

Type voir :           [v-y]

Type pleuvoir :    [pl-y]

Type savoir :       [s-y]

Type lire :            [l-y]

Type vivre :         [vek-y]

Type résoudre :   [rezol-y]

 

3.3. Verbes à trois radicaux de présent.

  1. a) La variante [-y] s’associe au radical 45 :

Type tenir :          [tən-y]

Type venir :         [vən-y]

Type vouloir :      [vul-y]

 

  1. b) La variante [-y] s’associe à un radical spécifique :

Type devoir :       [d-y]

Type mouvoir :    [m-y]

Type pouvoir :     [p-y]

 

4. Variante zéro

La variante zéro apparaît avec des verbes à un ou deux radicaux de présent. Elle s’associe à un radical de présent.

 

4.1. Verbes à radical unique de présent.

Type conclure :   [kõkly]

 

4.2. Verbes à deux radicaux de présent.

La variante s’associe au radical court de présent (1 2 3 6 ou 1 2 3).

 

  1. a) radical 1 2 3 6 :

Type fuir :           [fɥi]

Type traire :        [trɛ]

 

  1. b) radical 1 2 3 :

Type finir :          [fini]   (type très productif)

Type écrire :        [ekri]

Type joindre :      [žwẽ]

 

Le participe présent

 

Le participe présent se forme en ajoutant la désinence -ant [ã] au même radical que l’imparfait.
Ex.         Il chant-ait         chant-ant
Il finiss-ait         finiss-ant
Il écriv-ait          écriv-ant
Il dev-ait            dev-ant
Il ten-ait             ten-ant
  etc…

L’impératif

Bien que je considère l’impératif comme un marqueur d’opération énonciative et non comme un DGV, j’indique ici sa morphologie.
Les 3 formes de l”impératif ([šãt], [šãt-õ], [šãt-e]) sont semblables aux formes correspondantes du présent pour tous les verbes sauf avoir, être et savoir qui empruntent leur impératif au subjonctif : sois, soyons, soyez ; aie, ayons, ayez ; sache, sachons, sachez
Donc il n’y aura aucune raison de faire figurer l’impératif parmi les formes de base du verbe (formes à partir desquelles on construit toutes les autres formes).

 

Les formes de base

Le problème que j’aimerais aborder maintenant c’est celui du choix des formes de base du verbe (comparables aux « temps primitifs » des verbes latins).
Peut-on caractériser des différents types de verbes en ne retenant qu’un nombre restreint de leurs formes, celles qui permettraient de savoir à quel type de conjugaison se rattache le verbe, et par suite, de construire les autres formes usuelles dans le français parlé[5] pour peu qu’on connaisse les régularités qui ont été dégagées et les désinences de personne et des différents DGV ?

 

 

Rappelons brièvement ces régularités :

L’imparfait se forme toujours sur le radical du verbe qu’on trouve à la personne 4 du présent (une seule exception : le verbe être) ; le participe présent se forme sur le même radical,
donc ies.

La plupart du temps le radical de subjonctif est constant. Mais il est alternant dans les verbes à 2 radicaux distribués 1 2 3 6 / 4 5 et dans les verbes à 3 radicaux. Quand il y a alternance au subjonctif, on oppose toujours 1 2 3 6 à 4 5.
La plupart des verbes empruntent leur ou leurs radicaux de subjonctif au présent.
Un petit nombre de verbes présentent un radical de subjonctif spécifique.

La majorité des verbes empruntent leur radical de futur au présent. Mais quelques verbes élargissent le radical de présent par -i, -d, ou -t ; et d’autres verbes présentent au futur un radical spécifique.

Pour reconstituer la conjugaison complète il faut que l’apprenant ait appris par ailleurs les désinences personnelles afférentes à chaque “temps / mode” :

imparfait :            1 2 3 6 [ɛ],                     4 [iõ],         5 [ie]

futur :                  1 [re],            2 3 [ra],    4 [rõ],         5 [re],         6 [rõ]

subjonctif :          1 2 3 6 Ø,                      4 [iõ],         5 [ie]

conditionnel : il se construit en remplaçant les désinences du futur par :

1 2 3 6 [rɛ],                   4 [riõ],        5 [rie]

 

Le participe présent (comme l’imparfait) se construit toujours à partir du radical de la personne 4.

Les temps composés c’est-à-dire les temps du parfait peuvent se construire dès qu’on connaît l’auxiliaire régi par le verbe (avoir ou être) et la conjugaison de ces deux verbes.

° ° ° ° ° ° °

Je présente maintenant sous forme de tableau les 5 formes de base que j’ai retenues pour caractériser les différents types de verbes précédemment définis :

L’infinitif (mentionné hors tableau, en entrée), le présent, le futur, le subjonctif et le passé composé (qui permet d’identifier à la fois le participe passé et la nature de l’auxiliaire.
La grande majorité des verbes forment leurs parfaits (« temps composés ») avec avoir ; les pronominaux forment leurs parfaits avec être.
L’usage apprendra à retenir les verbes, peu nombreux, qui, dans leurs emplois intransitifs, forment leurs parfaits avec être, comme : aller, arriver, descendre, devenir, entrer, monter, mourir, naître, partir, passer, rentrer, rester, retourner, sortir, tomber, venir.

Verbe chanter [šãt-e]

présent futur subjonctif Passé composé
[šãt]
123456
[šãt-ra] [šãt] [a šãt-e]

 

Verbe finir [fini-r]

présent futur subjonctif Passé composé
[fini/-s]
123/456
[fini-ra] [finis] [a fini]

 

Verbe écrire [ekri-r]

présent futur subjonctif Passé composé
[ekri/v]
123/456
[ekri-ra] [ekriv] [a ekri]

 

Verbe dormir [dɔrm-ir]

présent futur subjonctif Passé composé
[dɔr/-m]
123/456
[dɔrmi-ra] [dɔrm] [a dɔrmi]

 

Verbe devoir [dəv-war]

présent futur subjonctif Passé composé
[dwa/ dəv / dwav]
123/45/6
[dəv -ra] [dwav] / dəv]
1236/45
[a dy]

 

Verbe boire [bwa-r]

présent futur subjonctif Passé composé
[bwa/ byv / bwav]
123/45/6
[bwa -ra] [bwav] / byv]
1236/45
[a by]

Verbe prendre [prãd-r]

présent futur subjonctif Passé composé
[prã/ prən / prɛn]
123/45/6
[prãd -ra] [prɛn] / prən]
1236/45
[a pri]

 

Verbe venir [vən-ir]

présent futur subjonctif Passé composé
[vjẽ/ vən / vjɛn]
123/45/6
[vjẽd-ra] [vjɛn] / [vən]
1236/45
[e vən-y]

 

Verbes irréguliers

Maintenant que nous avons dégagé les régularités pour la majorité des verbes, nous pouvons examiner les verbes irréguliers être, avoir, aller et faire pour préciser en quoi ils sont irréguliers.

La conjugaison du présent de ces 4 verbes est irrégulière car on n’y trouve aucune alternance de radical déjà rencontrée ailleurs.

Etre Avoir Aller Faire
1 [syi] [e] [vɛ] [fɛ]
2 [e] [a] [va] [fɛ]
3 [e] [a] [va] [fɛ]
4 [sɔm] [av-õ] [al-õ] [fez-õ]
5 [ɛt] [av-e] [al-e] [fɛt]
6 [sõ] [õ] [võ] [fõ]

 

Comme on le voit d’après ces notations phonétiques, les formes sont tellement amalgamées qu’on ne peut pas toujours dégager un ou des radicaux qui permettent d’établir des régularités analogues à celles des verbes à 1, 2 ou 3 radicaux.

Signalons au passage que, pour trois de ces verbes très irréguliers, on retrouve la règle générale de formation de l’imparfait à partir du radical de la personne 4 :

présent  4

Imparfait  3

[nu

av-õ]

[il

av-ɛ]

[nu

al-õ]

[il

al-ɛ]

[nu

fəz-õ]

[il

fəz-ɛ]

D’autre part pour le verbe être, on a un radical spécifique pour l’imparfait [et-], pour le futur [sə-], le subjonctif [swa], pour le participe passé [ete] et le participe présent [etã].

Pour le verbe avoir on a un radical spécifique pour le futur [o-], le subjonctif [ɛ] et pour le participe passé [y] et et le participe présent [ejã].

Pour le verbe aller on a un radical spécifique pour le futur [i-], le subjonctif [aj / al].

Pour le verbe faire on a un radical spécifique pour le futur [fə-], le subjonctif [fas] et pour le participe passé [fɛ].

En revanche on note les régularités suivantes :

–       Pour avoir, aller et faire, la formation de l’imparfait est régulière sur le radical de la personne 4 :
nous avons/ il avait ; nous allons / il allait ; nous faisons / il faisait.

 

–       Le radical alternant du subjonctif de aller suit la règle générale en opposant
1 2 3 6 [aj] à 4 5 [al-]

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

Table des matières

 

Introduction : Méthode de description

Chapitre 1

Classement des verbes suivant le nombre de radicaux au présent :

Verbes à 1 radical de présent

Verbes à 2 radicaux de présent

  1. Verbes à répartition 1 2 3 6 / 4 5
  2. Verbes à répartition 1 2 3 / 4 5 6

Verbes à 3 radicaux

Chapitre 2

Morphologie des syntagmes verbaux

L’imparfait

Verbes à un radical de présent

Verbes à 2 radicaux de présent

Verbes à 3 radicaux de présent

Le subjonctif-présent

  1. Verbes à radical unique de présent.
  2. Verbes à deux radicaux de présent.
  3. Verbes à trois radicaux de présent.

Le futur

Verbes à un radical de présent

Verbes à 2 radicaux de présent

  1. Verbes à 3 radicaux de présent

Le conditionnel

futur

conditionnel

1

[šãt-re]

[šãt-rɛ ]

2

[šãt-ra]

[šãt-rɛ ]

3

[šãt-ra]

[šãt-rɛ ]

4

[šãt-rõ]

[šãt-riõ]

5

[šãt-re]

[šãt-rie]

6

[šãt-rõ]

[šãt-rɛ ]

Le passé simple.

  1. Variante [-a / -ɛr]
  2. Variante [-i / -ir]
  3. Variante [-y]
  4. Variante zéro

L’infinitif

  1. Variante [-e]
  2. Variante [-r]

3.Variante [-ir]

  1. Variante [-war]

Etude comparative du futur et de l’infinitif

Verbes à infinitif en -e

Verbes à infinitif en -r, -ir, consonne + r

Verbes à infinitif en [-war]

Le participe passé.

  1. Variante [-e]
  2. Variante [-i]
  3. Variante [-y]
  4. Variante zéro

Le passé simple.

  1. Variante [-a / -ɛr]
  2. Variante [-i / -ir]
  3. Variante [-y]
  4. Variante zéro

Le participe présent

L’impératif

Les formes de base

Verbes irréguliers

présent  4

Imparfait  3

[nu

av-õ]

[il

av-ɛ]

[nu

al-õ]

[il

al-ɛ]

[nu

fəz-õ]

[il

fəz-ɛ]

 

 

[1] – Les notations phonétiques sont mises entre crochets.

[2] – Désormais je dirai présent pour le présent de l’indicatif.

[3] – Certains grammairiens l’appellent base.

[4] – Voir sur ce même site F. Bentolila, La classe des verbes.

[5] – Dans un 1er temps je ne retiens ni le passé simple ni le subjonctif-imparfait qui ne s’emploient pas en français parlé.